Qu’est ce que le soin chiropratique holistique ?

Un soin chiropratique holistique c’est quoi pour moi ?

L’individu qui se présente à mon bureau pour recevoir des soins arrive généralement avec son lot de problématique d’origine neuromusculosquelettique. Les nerfs sont touchés. Les muscles sont touchés et les os sont touchés et ce depuis déjà un bon bout de temps. Ça va pas bien !

Qu’est-ce qu’on fait avec ça ? On peut soulager la blessure avec des ajustements et d’autres trucs qui ne regardent que le docteur. On peut rééduquer l’articulation malade pour qu’elle soit moins irritante sur les nerfs. On peut aussi prendre conscience que ce qui vous amène généralement dans mon bureau ce n’est pas la mauvaise nuit et l’air climatisée qui ont bloqué votre cou, ni le pelletage d’hier soir qui a bloqué votre bas du dos, c’est l’accumulation d’une vie de mauvaises habitudes. Si on ne touche pas à ça, on ne touche pas à la cause du problème.

Pour moi les soins holistiques sont basés sur trois piliers :

  1. Le physique avec ses muscles, ses nerfs, ses tendons, ses ligaments, ses organes et tout le reste.
  2. Le chimique composé de nos hormones, de nos minéraux et de tout ce qui circule dans le corps.
  3. Le mental qui a avoir avec le contrôle de la pensée et de l’émotivité.

Pour que des soins soient holistiques ont doit remplir les trois missions.

Voici un exemple concret, c’est l’histoire de Gus, un homme dans la quarantaine qui vient me consulter pour des douleurs lombaires suite à un faux mouvement en travaillant à la maison, un classique quoi !

​Vous aimez nos secrets de santé?

​Inscrivez-vous pour les recevoir gratuitement chaque semaine par courriel! Allez-y! C'est gratuit et ça prend 30 secondes!

Imaginons qu’il mesure 5 pieds 10 pouces, qu’il pèse 220 livres, qu’il est sédentaire, qu’il mange en restauration rapide 10 à 15 repas par semaines à cause de son travail qu’il n’apprécie guère ces temps-ci. Il peut se permettre 350$ de soin qui sont remboursés par ses assurances mais son budget est trop serré pour qu’il puisse envisager plus de traitement.

On fait quoi ? On traite le patient jusqu’à ce qu’il n’est plus mal ? C’est déjà bien.

On traite le patient et on lui donne des exercices à faire à la maison ? C’est déjà mieux.

On traite le patient, on lui donne des exercices à faire à la maison, on supervise son programme de réadaptation qu’on adapte tout au court du traitement, on lui pose des questions pertinentes sur ces habitudes de vie lors des visites et on l’écoute, avant d’offrir de précieux conseils qui, si appliquer, feront toute la différence.

Revenons à Gus, après une série de traitement la douleur est disparue. Cette épisode de douleurs lombaires lui à fait prendre conscience que sa santé n’était de toute évidence pas au centre de ses priorités. Sous les conseils de son chiropraticien, il a choisi d’encadrer sa perte de poids, de se mettre à l’activité physique régulière, de préparer ses lunchs et d’y mettre des aliments santé. Il se permet toujours une poutine par semaine mais il évite la liqueur douce.

Après un an de cela, comment pensez-vous que Gus va aller ?

C’est le jeu que je désir jouer avec vous mais c’est pas moi qui décide !

 

[im_call_to_action title=”Prendre Rendez-vous !” container=”Nous vous proposons de prendre rendez-vous avec le Dr François Auger en ligne.” animation=”fade-in” button_text=”Prendre Rendez-vous !” button_link=”//augerchiro.ca/contact/”]